Comment gérer les caprices de son enfant ?

Chaque enfant fait des caprices pour obtenir ce qu’il souhaite, car il ne possède pas encore la capacité intellectuelle pour s’exprimer comme un adulte. Toutefois, il est parfois difficile pour les parents et la société d’accepter ces « crises » souvent insupportables, qui révèlent dans la majorité des cas des besoins cachés. Pour les surmonter, voici quelques conseils efficaces.

Trouvez les raisons de ces caprices

Imaginez les changements qui se passent dans la vie d’un enfant de deux ou trois ans. Depuis qu’il est né, il s’est habitué à ce que ses parents soient aux petits soins pour lui. Dès qu’il gémissait ou qu’il pleurait, ses parents vérifiaient s’il n’avait pas mal quelque part, s’il avait faim ou s’il fallait lui changer sa couche. Il était pouponné, dorloté et on le câlinait toujours, jour et nuit. Ce qui était tout à fait normal, car il dépendait entièrement de ses parents. Une fois arrivé à l’âge de deux ou trois ans, le comportement de ces adultes si chers à son cœur change. Il commence alors naturellement à protester en réponse à ce changement.

Pour pouvoir gérer les caprices de son enfant, il faut avant tout le comprendre, comme le propose la méthode Montessori. Il n’a pas de patience, il est exigeant et il suffit d’un rien pour qu’il s’énerve. À cet âge, il confond les verbes « penser à », « vouloir », « reconnaître », « croire » et « aimer ». Pour lui, s’il désire une chose, il doit l’obtenir tout de suite. C’est donc à vous de trouver les raisons de ces caprices pour lui faire comprendre doucement qu’il doit patienter pour obtenir ce qu’il veut, ou bien qu’il ne peut pas toujours avoir ce qu’il demande.

Il n'est pas toujours évident de gérer les excès de colère de son enfant.

Expliquez pourquoi vous refusez

Il arrive que l’enfant exige quelque chose qu’il ne peut pas avoir. Un gâteau avant le repas, un objet tranchant et dangereux pour lui, un jouet hors de prix dans un magasin, parfois il demande même des choses auxquelles nous ne pensons même pas. C’est à vous de lui dire que vous refusez de céder à ses caprices. Pour ce faire, vous devez vous mettre à sa hauteur et le regarder en face. Vous devez lui dire calmement qu’il ne peut pas avoir tout ce qu’il veut. Vous devez aussi lui donner des raisons.

Ne vous dites pas « J’ai tout essayé« . Certes, c’est encore un enfant, mais il comprendra par la suite votre geste. « Tu ne peux pas jouer avec les ciseaux sinon tu te couperas et tu auras mal » ou « Je ne veux pas t’acheter ce jouet, car on est venus ici pour acheter des provisions ». Vous culpabiliserez moins si vous le dites avec conviction et qu’il le ressent. Et surtout, ne capitulez pas au dernier moment parce qu’il pleure, crie, ou se roule par terre.

Les parents doivent parler d’une seule voix

Oubliez la mauvaise habitude de lui dire « non » et de laisser l’autre dire « oui ». Si maman ne veut pas, le partenaire est toujours du même avis, et inversement. Bien évidemment, il arrive que vous ne soyez pas d’accord sur un même sujet, mais réglez ça entre vous et sans la présence de l’enfant. Devant lui, vous devez absolument avoir le même avis.

Aidez-le à retrouver son calme avec la méthode Montessori

Il hurle, il pleure et il est tout rouge. Il doit se calmer, car il n’arrive pas à reprendre son souffle. Lui dire de se calmer ne servira à rien. Prenez-le contre vous et discutez avec lui calmement. Il refuse que vous le touchiez ? Continuez à parler calmement avec des phrases simples et courtes, qu’il comprendra. Ne lui prêtez pas trop d’attention et continuez ce que vous faisiez. Avec du temps, il apprendra peu à peu à vous écouter et à se calmer tout seul.

Réconciliez-vous une fois qu’il est calmé

Finis les caprices et les hurlements ? Il n’y a rien de mieux qu’un câlin pour se réconcilier. Vous lui réaffirmez que vous l’aimez sans lui céder et vous lui faites comprendre que quoi qu’il arrive, vous serez là pour lui.